Le Best-Of photos

2016

Strava est le réseau social des sportifs. Vous faites tous briller notre communauté – qu’il s’agisse de l’athlète qui se donne du mieux qu’il peut, de l’athlète qui partage ses expériences avec ses amis. Jour après jour vous vous motivez les uns les autres.

En 2016, nous avons publié 29 Stories et projetons de vous en fournir plus en 2017 pour toujours plus d’inspiration. Pour le moment, l’heure est à la rétrospective en photos sur une année remarquable.

TIM JOHNSON CONTRE LE MONT WASHINGTON

Personne n’a jamais tenté de monter le Mont Washington en hiver. Franchement, pourquoi se fixer un tel défi? Bien que son sommet ne se situe qu'à 1916 mètres, des vents violents soufflant à plus de 370 km/h y ont déjà été enregistrés – vitesse la plus rapide jamais mesurée, hors tempête tropicale. Les basses températures en hiver posent aussi un sérieux problème. Des conditions météo hostiles y ont déjà ôté la vie à plus de 130 personnes au cours du siècle dernier. On appréciera pour le coup que l’Etat du New Hampshire ferme la route aux voitures deux jours dans l’année en été pour le plaisir des cyclistes. Le Mont Washington n’est pas vraiment l’ascension du coin à monter régulièrement… sauf pour un défi Red Bull avec Tim Johnson.

Photos de Brian Nevins / Red Bull Content Pool

STRADE BIANCHE

A une époque où la soif d’aventure et le défi cycliste invitent à la compétition sur des voies en terre et gravier, la course Strade Bianche fait résolument écho à cette tendance en proposant de passer sur les routes mythiques de graviers blancs couplées aux routes traditionnelles sur bitume. L’itinéraire traversent des villes et des villages anciens, et se termine sur une côte particulièrement sévère de 18% dans Sienne juste avant la ligne d’arrivée, de quoi offrir un spectacle hors du commun. Les meilleurs du peloton viennent pour en découdre sur la déjà presque classique Strade Bianche, luttant pour la victoire, encouragés par un peuple italien passionné de vélo, rassemblé massivement sur le kilomètre final, et à l’arrivée sur l’extraordinaire Piazza del Campo de Sienne. C’est une course royale - et dans un final exaltant, Fabian Cancellara et Lizzie Armitstead ont démontré eux aussi leur statut royal.

Photos de Jered Gruber et Ashley Gruber

MILAN - SAN REMO

Sur le parking d’un hôtel dans la banlieue de Milan, le directeur sportif de Cannondale Fabrizio Guidi discute avec son équipe avant qu’elle parte s’entraîner.

“Demain c’est le premier Monument de la saison – cette course peut changer une vie.” Il fait une pause un moment, regarde autour de lui : “Pensez-y pendant votre entraînement, avant le grand départ demain.”

24 heures plus tard, ce n’est pas un coureur de l’équipe Cannondale qui a passé la ligne en premier mais Arnaud Démare, jeune talent de l’équipe FDJ. Il y a lieu de penser que ce résultat changera effectivement sa vie.

Photos de Jered Gruber et Ashley Gruber

SUR LA ROUTE DU RONDE

La veille d’une semaine de course incluant la Dwars door Vlaanderen 2016, l’E3 Prijs Harelbeke et Gent-Wevelgem, trois bombes explosent à Bruxelles tuant 35 personnes et faisant 300 blessés. La Belgique vit une semaine terrible et le monde lui adresse son soutien. Mais le drame ne s’arrête pas là...

Cinq jours plus tard, sur Gent-Wevelgem, le jeune coureur de la Wanty-Groupe Gobert, Antoine Demoitié, meurt dans un accident. Moins de 24 heures après, c’est un autre coureur belge, Daan Myngheer, qui meurt d’un arrêt cardiaque lors du Critérium International.

Rien ne peut effacer ces disparitions. Mais même quand la tragédie frappe et montre à quel point la vie est précieuse, le sport crée l'unité et célèbre le sens de l’humain – aller de l’avant, se dresser contre l’absurdité, et s’engager dans l’effort encore et toujours.

Photos de Jered Gruber et Ashley Gruber

RONDE VAN VLAANDEREN

Le maillot arc-en-ciel pèse lourd sur les épaules d’un Champion du Monde. Pour beaucoup c’est une année de malchances, et de désillusions en terme de victoires. Mais sur le Tour des Flandres, deux Champions du Monde ont remporté la victoire. Pour Peter Sagan et Lizzie Armistead, ce jour est à marquer d’une pierre blanche.

Photos de Jered Gruber et Ashley Gruber

PARIS-ROUBAIX

Dans le cyclisme, la victoire n’est jamais acquise d’avance. Celle de Mathew Hayman sur le vélodrome de Roubaix, devançant des coureurs spécialistes des Classiques, fut une onde de choc. Mais c’est en réalité toute la beauté du cyclisme. Hayman a été dans l’échappée toute la journée puis dans le groupe final de cinq coureurs comprenant Boonen, Boasson Hagen, Stannard et Vanmarcke. Hayman, faisant figure d’outsider, étaient déjà heureux d’être parmi eux à ce stade de la course. On n’imaginait pas le voir gagner…

Mais aussi improbable soit-il, à bientôt 38 ans, l’australien l’a fait, après une course tout bonnement spectaculaire. Rappelons-nous qu’il s’était cassé le coude en février sur la Omloop Het Nieuwsblad. Après quinze tentatives, il gagne son Paris-Roubaix – l’enfer du Nord mène au Paradis.

Photos de Jered Gruber et Ashley Gruber

LES MARATHONS DE BARKLEY

Tout est relatif dans les défis. Pour certains athlètes, faire une course de 10 kilomètres peut paraître impressionnant. Pour d’autres, comme Gary Robbins, coureur aventurier et champion de l’ultra-trail HURT 100, un défi c’est s'engager sur une course très difficile sans être certain de pouvoir la terminer. “Je suis arrivé à l’ultra-trail après m’être exercé longtemps au raid aventure. Dans l’ultra-trail j’ai toujours pensé que je pouvais finir la course. La question était plutôt de savoir si je pouvais arriver au bout avec le meilleur temps.” Mais sur les Marathons de Barkley, il s’est heurté à un défi comme jamais auparavant.

La Barkley est bien plus qu’un marathon. C’est une course qui consiste à parcourir cinq boucles de 32 km sur un terrain hors sentiers et non balisé dans l’arrière-pays du Tennessee. Les participants marchent, courent, passent à travers brousse et s’orientent jour et nuit pour trouver des fiches cachées aux checkpoints situés tout le long de la route. Ils ont 60 heures pour terminer une course qui dépassent les 160 kilomètres et les 20 000 mètres de dénivelé. Mais ce qui rend la Barkley vraiment différente est ce sens de l'orientation unique dont il faut faire preuve pour réussir à terminer la course. C’est une épreuve tellement dure que seuls 14 coureurs sont parvenus à arriver au bout des cinq boucles dans le temps réglementaire. A la limite de l’impossible, la Barkley est une expérience à la fois psychologique, spirituelle et mystique, mais aussi un trail extrêmement physique.

Photos de Matt Trappe

RED HOOK 5K

Chaque printemps à New York, une des courses à pied les plus en vue prend place au Brooklyn Cruise Terminal. C’est aussi là que s’organise la nuit, une fois par an, la célèbre course de fixe Red Hook Criterium. Pendant la journée, une course à pied de 5 kilomètres prend place au même endroit. C’est à la tombée de la nuit que cette course débute. Elle consiste à faire cinq tours soit 40 virages au total, devant 15 000 spectateurs, avec un départ hommes et un départ femmes. Une expérience mémorable pour tous les participants.

“Rapide, fou et intense, voilà comment je décrirais la Red Hook Crit 5K,” dit Jerry Faulkner, classé 10ème au général et représentant son club le New York Athletic Club. “La course présente de nombreux virages, et vous courez après un gars en moto. Ça hurle de partout. Une ambiance chaotique.”

Photos de Jered Gruber et Ashley Gruber

RED HOOK CRIT

“Aucun doute, c’est la course de fixe la plus dure. C’est un peu le Tour de France du fixe, un sommet du genre. Le Red Hook est un événement propice à produire des histoires à la Rocky Balboa, où des mecs en catégorie élite se frottent à des petits gars qui veulent se donner à fond.” - Neil Bezdek, deux fois vainqueurs de la Red Hook Brooklyn.

Photos de Jered Gruber et Ashley Gruber

TOUJOURS PLUS HAUT AVEC LE GIRO

Dans les Grands Tours, les contre-la-montre jouent un rôle crucial pour le classement général, et les sprinteurs trouvent toujours leurs moments pour briller. Mais quand la chasse est lancée en montagne, le relief fait office de juge de paix pour la course. C’est sur ces pentes que les coureurs peuvent graver leur nom dans l’histoire du cyclisme. Le Giro 2016 en fut encore l’exemple.

Photos de Jered Gruber et Ashley Gruber

AVEC KÍLIAN JORNET

Au cours de l’hiver dernier, après avoir habité plusieurs années au pied du Mont-Blanc, Kílian Jornet a chargé son van avec sacs, skis et chaussures, et est reparti sur la route. Il a conduit plus de 24 heures à travers des paysages enneigés, entre mers et montagnes sauvages. Le Catalan de 28 ans a posé ses valises à côté d’une eau calme, à cinq heures de route d’Oslo, dans un dédale de fjords. Début mai, Kílian nous a accueillis et fait partager une journée ordinaire d’entraînement—un nouveau terrain de jeu pour un athlète extraordinaire.

Photos de Alexis Berg

EVEREST

Cory Richards et Adrian Ballinger se sont organisés pour grimper l’Everest sans oxygène connaissant les risques d’une telle entreprise. Moins de 200 alpinistes sont parvenues à son sommet de cette manière.

“Grimper à cette altitude sans bouteille d'oxygène c’est comme avoir une gueule de bois carabinée, mais vous devez continuer malgré tout. Que vous mettiez trois heures pour faire fondre de la neige ou sortir de votre tente pour aller grimper, vous devez toujours surpasser ces terribles maux de tête. Quand nous avons entrepris cette ascension, je savais que nous pouvions très probablement échouer. Il y avait moins d’une chance sur 10 que nous réussissions,” dit Ballinger. Et en plus, à la fin de la journée, vous devez vous rappeler de charger votre activité.

Photos de Adrian Ballinger et Cory Richards

WOMEN'S TOUR

Le cyclisme professionnel féminin a pris un nouveau tournant en 2016 avec l'introduction de l’UCI WorldTour Féminin, 17 courses qui débutent avec la Strade Bianche et qui représentent le sommet absolu de la discipline pour les cyclistes professionnelles. Depuis 2014, Strava est partenaire de la compétition avec le classement de la montagne (QOM) et son maillot à pois orange. Ces athlètes incarnent tout ce qui a trait à l’engagement physique, faisant la course en Angleterre, temple du cyclisme, devant une foule aussi dense que lors d’une compétition UCI masculine. L’état d’esprit fantastique et les routes difficiles ont fait du Women’s Tour un des évènements favoris du cyclisme féminin.

“Je pense qu’à l’heure actuelle c’est ma course préférée de l’année, j’y participe depuis trois ans et ça fait un immense plaisir de voir sa popularité grandir. La foule est incroyable, ce qui aide vraiment. C’est d’ailleurs ici que je signe le plus d’autographes.” - Katie Hall, gagnante du QOM Strava.

Photos de George Marshall

IRONMAN DE NICE

Quand le triathlon tendait à devenir de plus en plus populaire au début des années 1990, la France est devenue l’endroit obligé pour les professionnels de la discipline et a joué un rôle important dans le développement de ce sport. Aujourd’hui, Nice propose un décor exceptionnel et historique pour accueillir un des Ironman les plus difficiles du circuit mondial. La journée commence dans la Mer Méditerranée, continue avec un parcours vélo en montagne digne d'une grande étape du Tour de France, puis finit par un marathon éprouvant sous la chaleur. Beauté, intensité et histoire sont réunies pour offrir un moment inoubliable à tous les athlètes ralliant la ligne d’arrivée.

Photos de Jered Gruber et Ashley Gruber

CHEZ THIBAUT PINOT

De façon inattendue, l’air est piquant et humide en ce début mai quand nous arrivons dans un village proche de Mélisey. En regardant la carte vous remarquerez une région constellée de plans d’eau et rivières face au Massif des Vosges. Nous sommes en Franche-Comté, au coeur du Plateau des Mille Étangs, un nom qui sonne comme dans un jeu vidéo. Nous sommes au beau milieu de la zone d’entraînement de Thibaut Pinot, une région où il est né il y a 26 ans et qu’il ne quitte jamais bien longtemps. Thibaut nous accueille devant chez lui, une maison qu’il vient de construire, à côté de chez ses parents. Il est relax, jogging et baskets, le rendez-vous peut commencer...

Photos de Jered Gruber et Ashley Gruber

WESTERN STATES

5h du matin, dernier samedi de juin, Paul Lind tire en l’air, signal de départ de la 43ème Western States Endurance Run. Le père de Paul, Bob Lind, s’occupait de donner le signal les fois précédentes. Dès le coup de feu, on court non-stop sur 257 km. Entre Squaw Valley et Auburn, il existe une communauté qui inspire la grandeur.

Les données officielles indiquent 257 kilomètres, 5500 mètres de dénivelé positif et 7000 mètres de dénivelé négatif. Alors que certains disent que la différence entre ces dénivelés rend la course plus facile, les longues parties descendantes peuvent s’avérer particulièrement éprouvantes pour les quadriceps et les coureurs à la traîne. La fatigue reste un facteur déterminant dans une course aussi longue.

Photos de Matt Trappe et Kyle McCall

LE TOUR

Il y a tellement d'événements fantastiques dans le calendrier cycliste chaque année - des courses importantes et historiques, avec des organisations énormes et un public qui en redemande sans cesse. C'est exceptionnel, des courses incroyables, mais sans commune mesure avec Le Tour, absolument aucune. Le Tour prend tout ce que propose les autres courses et le multiplie par dix : le public, le service de sécurité, les émotions, le spectacle.

Photos de Jered Gruber et Ashley Gruber

L’HOMME CONTRE LA MONTAGNE

Avec ses 1494 mètres de dénivelé sur 12,67 km, dont une montée finale implacable de 900 mètres pour atteindre le ligne d’arrivée, le défi de la verticale du Grossglockner Berglauf donne une leçon d’humilité même aux coureurs les plus rapides. Chaque année, mille coureurs seulement ont la possibilité de se juger sur cette course à la fois magnifique et impitoyable. Nous avons suivi Florian Neuschwander (aka Run with the FLOw) dans les Alpes, loin de ses terrains habituels que sont la piste et le bitume.

Photos de Antton Miettinen

LEADVILLE 100

Pour passer le temps, Joe Dombrowski se retrouve à Vail (Etats-Unis) entrain d’avaler un steak. La Leadville 100 aura lieu dans deux jours. Entre le Tour de l’Utah (où il a fini 8ème) et la Vuelta en Espagne, il a voulu ajouter la Leadville à son calendrier, une course qui se court à plus de 3000 mètres d’altitude avec un dénivelé de 3000 mètres et à l’arrivée une boucle de ceinture comme récompense pour les finisseurs. Prononcer “Leadville” et vous aurez tout dit, les meilleurs cyclistes le savent bien.

Photos de Kevin Scott Batchelor, Jered Gruber et Ashley Gruber

TRANSCONTINENTAL NO.4

La Transcontinental (TCR) est une course non-stop à travers l’Europe, entre la Belgique et la Turquie. Le participant et photographe George Marshall s’est embarqué dans l’aventure pour savoir s’il pouvait atteindre les portes de l’Asie.

“Mon partenaire de course s’est blessé au bout de trois jours. Mon compteur Garmin a planté au bout de quatre. Mes lunettes de soleil se sont envolées dans un ravin en Croatie. J’ai dû remplacer deux pneus avant. J’ai cassé mon téléphone dans la montée du Grindelwald en Suisse. Mon opérateur a annulé le remplacement de mon téléphone alors que j'étais au Kosovo. Je me suis perdu dans les Alpes et j’ai dû descendre 5 kilomètres à pied sur un sentier de randonnée et dans le noir complet. J’ai crevé six fois. Je me suis blessé en tentant de fuir des chiens errants. Je me suis endormi deux fois sur le vélo. C’est une torture, pas une course de vélo. On roule en se prenant des coups à chaque fois.”

Photos de George Marshall

UTMB

Fin août des milliers d’ultra-runners du monde entier arrivent à Chamonix pour l’Ultra Trail du Mont-Blanc. Durant une semaine, les coureurs ont la possibilité de participer aux cinq courses qui font le tour du Mont-Blanc, à cheval sur trois pays. Les courses font de 55 à 300 kilomètres, avec très peu de terrains plats et des vues panoramiques à couper le peu de souffle qui reste aux coureurs.

Photos de Alexis Berg

LE MARATHON DE BERLIN

Les rues de Berlin ont démontré qu’elles étaient parmi les plus rapides au monde grâce à l’éthiopien Kenenisa Bekele. Il a couru le deuxième marathon le plus rapide de l’histoire. Bekele, actuel détenteurs des records du monde sur 5000 et 10 000 mètres, était à 6 petites secondes du record du monde du marathon. Pas mal pour une première victoire sur cette distance.

Une journée de course remarquable qui a commencé avec le son familier des milliers de montres GPS cherchant un signal, et avec un baiser d’encouragement pour un coureur.

Photos de Alexis Berg

LES DEPLACEMENTS AU TRAVAIL COMPTENT

Les athlètes Strava roulent pour le sport, mais ils roulent aussi pour se déplacer en ville. Dans des espaces urbains chargés comme San Francisco et Londres, les trajets maison-travail comptabilisent plus de 50% des activités cyclistes sur Strava durant les jours de semaine. Le vélo rend le quotidien plus agréable et apporte aux cyclistes un sentiment de liberté et de bien-être sans égal. Le vélo nous aide à voir et découvrir les villes sous un autre angle. C’est pourquoi Ed Shires et Chris Altchek de la Foundation Cycling Team, et Natalie Tapias et Jamie Soper de l’équipe élite Velo Classics p/b Stan’s NoTubes adorent rouler dans New York – pour s’entraîner et pour leurs trajets maison-travail. Découvrez comment ils vivent leur ville à vélo, en tant qu’athlètes et commuters.

Photos de Jered Gruber et Ashley Gruber

RICKY LIGHTFOOT : CHEZ LUI DANS LES FELLS

“Une course de fell est en fait une course de montagne - on prend la voie la plus rapide possible jusqu’au sommet puis on revient en passant par plusieurs points de contrôle,” dit Ricky Lightfoot, natif du comté de Cumbria et grand coureur de fell. “Parfois il y a un chemin, parfois non. Il se peut que vous deviez utiliser un outil d’orientation pour trouver votre chemin entre deux points. Pour chaque course, vous avez besoin d’une carte, d’une boussole et de vêtements adaptés (pantalon, veste, gants, casquette) - même en été. Sans ça - et ils vérifient parfois votre équipement - vous êtes disqualifiés.”

En 2017, Lightfoot a pour objectif d’établir un record sur la Bob Graham Round, la plus grande course de fell, située dans la région de Lake District.

Photos de Jered Gruber et Ashley Gruber

ELLE ANDERSON ET LA KOPPENBERGCROSS

La professionnelle américaine de cyclocross et collaboratrice Strava Elle Anderson a quitté la Belgique après une saison 2014-15 de cyclocross épuisante et teintée de désillusions. Des rapports complexes avec sa famille d’accueil et des tensions dans l’équipe lui ont sapé le moral au point de vouloir tout abandonner. Mais aujourd’hui elle est de retour, à sa manière, avec son propre programme pour la saison 2016-17, déterminée à en découdre avec les meilleures sur les courses les plus emblématiques de la discipline.

"J’adore tout ce que signifie le cyclocross de ce côté-ci de la planète...avoir la chance de passer à la télé et de courir devant 20 000 à 30 000 spectateurs sur les gros rendez-vous. La compétition est de classe mondiale. Ici le niveau est vraiment relevé, les parcours sont plus boueux, plus sableux, plus pentus. C’est une épreuve très dure mais j’adore ça.” Elle recherche cet esprit de compétition, de camaraderie et de clarté, chose qu’elle parvient à trouver en se projetant dans l’épicentre de ce sport. Et sur la Koppenbergcross, elle a encore une fois pu obtenir tout cela.

Photos de Jered Gruber et Ashley Gruber